Victor Julien-Laferrière revient sur sa victoire en 2017
 
10/06/2022

En mai 2017, Victor Julien-Laferrière remportait la première édition du Concours Reine Elisabeth dédié au violoncelle. Depuis, sa carrière s'est envolée. Cinq ans plus tard, il revient sur ce Premier Prix qui a changé sa vie.


Quels souvenirs avez-vous gardé de votre expérience au Concours Reine Elisabeth ?

Un mois entier de concours suivi d’un mois de tournée des lauréats, sans parler de la préparation… Tout cela laisse bien plus que de simples souvenirs, c’est une tranche de vie. Je me souviens être passé par tous les états, un immense soulagement après la finale, puis une certaine difficulté à relancer la machine dans les semaines suivantes.

Comment vous êtes-vous senti d’une épreuve à l’autre ?

M’est restée l’impression ressentie de s’inscrire dans un événement musical au rayonnement plus large que soi. L’intérêt et l’enthousiasme du public qui permettent de transcender la compétition, concept pour lequel peu de musiciens nourrissent d’affinité a priori. Je tentais de m’en nourrir pour me concentrer sur l’essentiel.



Comment avez-vous vécu votre expérience à la Chapelle Musicale ?

Je redoutais le contraste, le changement radical dans une forme de routine et le manque de contrôle de mon environnement, mais j’ai apprécié être sans téléphone et mesurer cette forme particulière d’empathie qui se révèle entre les candidats confrontés aux mêmes défis.

Quel fut votre sentiment lorsque vous avez remporté le Premier Prix du Concours ?

Un très grand soulagement, je ne sais comment le décrire différemment ! Une montée d’adrénaline qui ne ressemblait pas tout à fait à celles que j’avais déjà connues !

Comment est-ce que ce Premier Prix a influencé votre carrière ?

Certainement, depuis ce prix, j’ai été en mesure de réaliser de nombreux projets qui me tenaient à cœur, sans doute ai-je pu donner à mon activité la direction que j’espérais prendre. J’ai vécu de nombreuses aventures de toutes natures lors des concerts ayant découlé du concours et il me semble maintenant que cet événement est indissociable de mon parcours!



Comment avez-vous vécu les deux années passées si particulières ?

C’est une crise qui m’aurait certainement beaucoup plus affecté dix ans auparavant et je compatis immensément avec la génération après moi. A titre personnel, je m’estime assez chanceux d’avoir toujours eu des projets qui ont tenu bon au milieu du flot d’annulations. Après un certain nombre d’années passées à voyager, ce gâchis est un crève-cœur et les difficultés logistiques côtoyaient la grande conscience de vouloir profiter de ce temps en famille.


Quels sont vos espoirs et vos aspirations pour l’avenir ?

Une vie musicale intense, découvrir, progresser. Le violoncelle permet tellement ; de la liberté du récital à l’exploration identitaire ou théâtrale du concerto, le répertoire assez infini qui attend là… J’espère poursuivre le développement de l’Orchestre Consuelo que j’ai créé et que je dirige et des festivals au sein desquels j’agis.

Revivez les prestations de Violoncelle 2017
Soutenez le Concours
Suivez-nous sur Instagram
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER