Président du jury
Arie Van Lysebeth
Belgique, °1938
Arie Van Lysebeth était le Président du Jury du Concours Reine Elisabeth de 1996 à 2018. Il commence le violon à l’âge de quatre ans. Il s’est formé au Conservatoire de Bruxelles, où il a étudié l’écriture musicale, le basson, la musique de chambre et la direction d’orchestre. Après concours, il se voit octroyer le poste de basson soliste à l’Orchestre symphonique de la Radio-Télévision Belge. Deux ans plus tard, il devient premier lauréat ex-aequo du Concours International de Prague. Il se perfectionne ensuite en direction d’orchestre auprès de Bruno Maderna à Salzbourg et Pierre Boulez en Suisse. Depuis 1970, il dirige le Vlaams Kamerorkest, en Belgique et à l’étranger. En tant que chef invité, il s’est produit à la tête des grands orchestres belges, ainsi qu’aux États-Unis, en Argentine, à Taïwan, en Grande-Bretagne, en Italie et en Allemagne. Il a ainsi travaillé avec des solistes renommés tels qu’Igor Oistrakh, José Van Dam, Murray Perahia ou Augustin Dumay, parmi d’autres. De 1995 à 2004, il a également été le chef de l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de Bruxelles. Pendant de longues années, il a été professeur de musique de chambre au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles (1970-1994), dont il a assumé la direction de 1994 à 2003. De 2004 à 2014, Arie Van Lysebeth a par ailleurs été directeur artistique de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
June Anderson
États-Unis
Née à Boston, la soprano américaine June Anderson est diplômée en littérature française du Collège de l’Université de Yale. Elle commence sa carrière en 1978 en interprétant la Reine de la Nuit à l’Opéra de New York, puis Semiramide de Rossini à Rome. Elle se produit très vite à l’Opéra de Paris (Robert le Diable), au Covent Garden (Semiramide), à La Scala de Milan (La Sonnambula) et au Metropolitan Opera (Rigoletto). Ses interprétations de Lucia di Lammermoor, La Traviata et Norma ont particulièrement été saluées dans les plus importantes maisons d’opéra d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud. Elle a collaboré avec des chefs mondialement réputés, tels que Leonard Bernstein, Lorin Maazel, Riccardo Muti, Seiji Ozawa, James Levine, Zubin Mehta, Daniele Gatti et Kazushi Ono. Ces dernières années, elle a élargi son répertoire en incluant des oeuvres du 20e siècle et contemporaines, comme les opéras de Richard Strauss, Francis Poulenc, Hans Werner Henze et John Adams. Sa large discographie englobe une grande variété de musique, depuis Albinoni et Pergolesi jusque Beethoven, Wagner et Orff, aussi bien que de nombreux opéras de Verdi et Rossini, ou des opéras français moins connus. Elle a reçu un Grammy Award pour son enregistrement de Candide, dirigé par Bernstein lui-même. June Anderson est Commandeur des Arts et des Lettres en France.
  • Biographie
En savoir plus
Renée Auphan
France
Originaire de Marseille, Renée Auphan y commence sa carrière en tant qu’assistante metteur en scène à l’Opéra. Engagée ensuite à l’Opéra de Monte-Carlo, elle en assume pendant cinq ans la gestion totale. Simultanément, elle entreprend des études de chant et de musique, et fait ses débuts lyriques à l’Opéra Comique puis sur les scènes de Monte-Carlo et de Marseille. Elle se produit alors en tant que soliste à l’Opéra de Paris, notamment pendant la période où Rolf Liebermann en assure la direction. Abandonnant sa carrière de cantatrice en 1983, elle est nommée à la tête de ce qui s’appelait alors le Festival de Lausanne, qu’elle transforme en une saison d’opéra et de ballet. Elle crée ainsi l’Opéra de Lausanne dont elle assure la direction de 1984 à 1995. En 1993, elle reçoit le Prix des Belles-Lettres en Suisse romande, pour son livre Mezza voce. Entre 1995 et 2001, Renée Auphan est à la tête du Grand Théâtre de Genève, puis, jusqu’en 2009, elle est directrice de l’Opéra de Marseille. Depuis lors elle y réalise quelques mises en scène dont Manon de Massenet, La Chartreuse de Parme de Sauguet, L’Héritière de Jean-Michel Damase, Sampiero Corso de Tomasi, y reprend L’Aiglon de Honegger et Ibert après Lausanne et Tours, et cette année encore y remontera La Traviata. Elle est Officier de la Légion d’Honneur et Officier de l’Ordre du Mérite.
  • Biographie
En savoir plus
Maria Bayo
Espagne
En 25 ans de carrière, Maria Bayo a su s’imposer avec succès sur les scènes internationales, où elle a pu collaborer avec des chefs et des metteurs en scène parmi les plus réputés au monde. Bien que sa voix la conduise avec prédilection vers les œuvres de Mozart, Rossini ou de l’école française, son répertoire comprend près de 80 rôles, depuis les opéras du 17e et du 18e siècle (Cavalli, Graun, Nebra, Haendel, Gluck), jusqu’aux œuvres du 20e siècle (Debussy, de Falla, Stravinsky, Poulenc). Mais son abondante discographie témoigne aussi de son intérêt et de ses efforts pour faire revivre des pages inédites d’opéras ou de zarzuelas oubliées. Dans le domaine du Lied et de l’oratorio, elle s’est produite avec succès au Lincoln Center (New York), au Concertgebouw (Amsterdam), au Wigmore Hall (Londres), au Musikverein (Vienne), ainsi que dans d’autres lieux célèbres à Paris, Rome, Bruxelles, Madrid, Barcelone, Berlin, Munich, Dresde, Salzbourg, Varsovie, Moscou, Tokyo, etc. Elle a reçu de nombreuses distinctions, parmi lesquelles le Premio Nacional de Música, en 2009, pour son rôle de défense et de promotion de la musique espagnole.
  • Biographie
En savoir plus
Teresa Berganza
Espagne
En 50 ans de carrière internationale, Teresa Berganza a parcouru le monde et a ainsi chanté dans les théâtres les plus prestigieux : à l’Opéra de Paris, à La Scala de Milan, au Covent Garden, au Metropolitan de New York, au Teatro Colón de Buenos Aires, à l’Opéra de Rome, ainsi qu’à Vienne, Hambourg, Stockholm, Chicago, Dallas, San Francisco, etc. ; sous la baguette des célèbres chefs du 20e siècle, tels que C.M. Giulini, H. von Karajan, G. Solti, Z. Mehta, C. Abbado, D. Barenboim, R. Muti. Sa présence scénique et sa force d’interprétation ont toujours été acclamées et ont été sollicitées par des producteurs comme F. Zeffirelli, J.P. Ponnelle, G. Strehler, P. Faggioni. Parmi les rôles qu’elle a incarnés, on peut citer Cherubino, Zerlina, Dorabella, Rosina, Angelina, Isabella, La Périchole, Charlotte, Carmen. Son vaste répertoire s’étend des maîtres baroques italiens aux compositeurs du 20e siècle, avec une prédilection pour la musique espagnole. À côté de sa carrière de soliste, elle donne également de nombreuses master classes dans les plus grands centres en Espagne et à travers le monde, comme Madrid, Santander, Paris, Saint-Pétersbourg, Rome, etc. Décorée d’une centaine de récompenses, Teresa Berganza attache une signification particulière au prix qu’elle a reçu en tant que Première Dame de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando.
  • Biographie
En savoir plus
Marius Brenciu
Roumanie, °1973
Après ses études à l' Université de Musique de Bucarest, Marius Brenciu fait ses débuts en Don Ottavio (Don Giovanni) en 1997 et devient professeur assistant la même année. Il a participé à de nombreux concours et a gagné plusieurs prix, dont le 2e Prix au Concours Reine Elisabeth, en 2000, ainsi que les prix de Singer of the World et Song Prize au Concours Cardiff Singer of the World, en 2001. Il a travaillé sous la direction de chefs tels que C. Abbado, L. Maazel, Z. Mehta, V. Gergiev, K. Petrenko, M. Jansons, S. Ozawa etc. Il s'est produit avec des grands ensembles comme le Berliner Philharmoniker, le Gewandhaus Orchester, le NDR Sinfonieorchester de Hambourg, le BBC Philharmonic et l'Orchestre Philharmonique de Radio France. Il a chanté La Bohème à Hambourg, San Francisco, Tel Aviv et Bruxelles ; La Rondine au Metropolitan de New York, ainsi qu'à Paris et Toulouse ; Simon Boccanegra à Hambourg ; La Traviata à Berlin, Rome, Bruxelles, San Diego ; Eugène Onéguine à Vienne, Tokyo, Genève, Zurich, Munich ; L'Elisir d'amore à Berlin et Tel Aviv. Il a travaillé avec des metteurs en scène tels que F. Zeffirelli, P. Stein, N. Joel, K. et U. Hermann, A. Homoki. Il a enregistré pour EMI, BBC, SWR, NHK et Radio France. Il a habité plusieurs années à Bruxelles et il est devenu citoyen belge.
  • Biographie
En savoir plus
Iain Burnside
Grande-Bretagne
La carrière de Iain Burnside se décline dans différents domaines, où il se distingue de manière égale : comme pianiste, d’une part, et dans les rôles qu’il assure à la radio comme présentateur et comme programmateur, d’autre part. En tant qu’accompagnateur vocal, il s’est produit en récital avec les plus grands chanteurs à travers le monde. Sa discographie, riche de plus de 50 enregistrements, aborde un répertoire éclectique, allant de Beethoven et Schubert à Schoenberg, Copland, ou d’autres compositeurs plus récents. Une place particulière est également réservée aux songs anglaises, comme en témoignent ses disques consacrés à Britten, Finzi, Ireland, Butterworth, Parry et Vaughan Williams. En 2014, il a enregistré, pour Delphian, l’intégrale des mélodies de Rachmaninov, avec sept artistes russes exceptionnels. Pour la Guildhall School of Music and Drama, il a écrit plusieurs pièces de théâtre très singulières. Sa pièce radiophonique A Soldier and a Maker, diffusée sur Radio3, dans le cadre des cérémonies en souvenir de la Première Guerre mondiale sur la BBC, a également été jouée au Barbican Centre et au Festival de Cheltenham. Iain Burnside est professeur et animateur à la Royal Opera House et au National Opera Studio. Il est également International Visiting Artist à la Royal Irish Academy of Music de Dublin.
  • Biographie
En savoir plus
Peter de Caluwe
Originaire de Termonde, Peter de Caluwe a étudié la littérature et l’histoire du théâtre aux Universités de Gand, Bruxelles et Anvers. En 1986, Gerard Mortier l’invite au Théâtre Royal de la Monnaie, où il travaille comme dramaturge ; il y est responsable des contacts avec la presse, des relations publiques et des projets pour les jeunes. En 1989, Pierre Audi et Truze Lodder lui demandent de venir rejoindre l’équipe à Amsterdam. En 1994, il est nommé directeur du casting, puis directeur artistique. Depuis 2007, il est directeur général/intendant du Théâtre Royal de la Monnaie. Il a entamé son deuxième mandat qui expirera en 2019. En octobre 2011, sous la direction de Peter de Caluwe, la Monnaie est nommée Maison d’Opéra de l’Année par la revue spécialisée allemande Opernwelt. En novembre 2011, Radio Klara et le Muziekcentrum Vlaanderen l’ont élu Personnalité musicale de l’Année. Titulaire du premier master honoris causa des Instituts Saint-Luc à Bruxelles, il est également Président d’Opera Europa, l’organisation des compagnies et festivals professionnels d’opéra en Europe, de 2011 à 2013. En 2013, la Vlaamse Vereniging voor Bestuur en Beleid a élu Peter de Caluwe Manager de l’année. En octobre 2013, il a été décoré du grade de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.
  • Biographie
En savoir plus
Marc Clémeur
Né à Anvers, Marc Clémeur effectue ses études universitaires en sciences théâtrales et musicologie à Cologne, puis est assistant à la mise en scène de Götz Friedrich à Amsterdam, Bayreuth, et Düsseldorf. Il devient producteur de musique classique pour la radio et la télévision belges en 1977. Il est nommé, en 1984, directeur du Vlaams Filharmonisch Orkest et en 1989, directeur général du Vlaamse Opera qui, sous sa direction, a acquis un rayonnement international. En 2009, il devient directeur général de l’Opéra National du Rhin. Il y conduit un projet original, visant à une illustration large du répertoire, de la musique baroque à la musique d’aujourd’hui, avec une attention particulière pour les compositeurs contemporains (Battistelli, Eötvös, Manoury). Il consacre un cycle à Janáèek, mis en scène par Robert Carsen et présente les ouvrages français rares (Charpentier, Rameau, Thomas, Meyerbeer, Bizet, Chausson). Il s’attache aussi à conduire une action en faveur des jeunes publics. Sous son impulsion, l’Opéra Studio, basé à Colmar affirme sa vocation de centre de production d’opéras pour enfants. Après une très longue carrière dans le monde musical, Marc Clémeur est aujourd’hui sollicité en tant que conseiller artistique par des maisons d’opéra et des concours, et est fréquemment invité comme membre du jury de concours internationaux prestigieux.
  • Biographie
En savoir plus
Helmut Deutsch
Autriche
Helmut Deutsch figure parmi les accompagnateurs de lied les plus demandés et réputés du monde. Il est né à Vienne, où il a étudié au Konservatorium, à la Music Academy et à l’Universität für Musik und darstellende Kunst. Il a reçu le Prix de Composition de Vienne en 1965 et a été nommé professeur à l’âge de 24 ans. Bien qu’il se soit distingué en musique de chambre avec des instrumentistes de prestige, il s’est principalement concentré sur l’accompagnement du lied. À ses débuts, il a d’abord accompagné la soprano Irmgard Seefried, mais a surtout été le partenaire de Hermann Prey pendant douze années. Par la suite, il a joué dans les salles les plus réputées et travaillé avec des chanteurs de renom, parmi lesquels Jonas Kaufmann, Diana Damrau et Michael Volle. Helmut Deutsch a enregistré plus d’une centaine de CD. Ces dernières années, le développement des jeunes talents a été particulièrement cher à son cœur : après son poste de professeur à Vienne, il a continué à enseigner, principalement à la Hochschule für Musik und Theater de Munich où il fut professeur d’interprétation du lied pendant 28 ans. En outre, il est professeur invité dans diverses autres écoles et donne de nombreuses master classes en Europe et en Extrême-Orient. Le jeune ténor suisse Mauro Peter est l’un de ses derniers étudiants à Munich et est devenu l’un de ses partenaires de récital favoris.
  • Biographie
En savoir plus
Serge Dorny
Serge Dorny a fait ses études musicales au Conservatoire de Gand et étudie l’histoire de l’art, l’archéologie, la musicologie et les sciences de la communication à l’Université de la même ville. En 1983, il intègre, en qualité de dramaturge musical, le Théâtre Royal de la Monnaie, sous la direction de Gerard Mortier, avant de rejoindre le Festival des Flandres, dont il devient, en 1989, le directeur artistique. En 1996, il est nomme directeur général et directeur artistique du London Philharmonic Orchestra, orchestre en résidence au South Bank Centre de Londres, qui assure la saison lyrique du festival de Glyndebourne. Depuis 2003, il est directeur général de l’Opéra National de Lyon. En octobre 2008, il reçoit le titre de Docteur honoris causa de l’Université de Montréal. Parallèlement à ces activités, il est chargé de missions d’expertise et de conseil, et siège dans plusieurs concours musicaux internationaux : Bamberg et Helsinki (direction d’orchestre), Monte-Carlo (piano). Il est membre des conseils d’administration de l’Orchestre français des jeunes et du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon. Au nombre de ses publications : L’opéra, l’avenir d’un passé (avec Johan Thieleman).
  • Biographie
En savoir plus
Sophie Karthäuser
Belgique
Sophie Karthäuser est née à Malmedy. Grâce à une bourse du British Council et de la Fondation Vocatio, elle parfait sa formation avec Noëlle Barker à la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Elle a été invitée à se produire avec des ensembles prestigieux tels que l’Academy of Ancient Music, Les Arts Florissants, La Petite Bande, Les Folies Françoises, l’Akademie für Alte Musik, le Freiburger Barockorchester, le Gewandhaus Leipzig, Le Cercle de l’Harmonie, sous la direction musicale de R. Chailly, W. Christie, T. Hengelbrock, R. Jacobs, J. E. Gardiner, L. Langrée, M. Minkowski, C. Rousset, K. Masur, M. Viotti, K. Nagano et C. Zacharias. Sophie Karthäuser a interprété de nombreux rôles mozartiens, dont Tamiri (Il Re pastore) au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, Serpetta (La Finta Giardiniera) au Konzerthaus de Berlin, Susanna (Le Nozze di Figaro) à l’Opéra de Lyon, et Ilia (Idomeneo) au Festival d’Aix-en-Provence, à l’Opéra National du Rhin et au Théatre des Champs-Elysées. À la Monnaie, elle a notamment chanté Eco/Euridice/La Musica (L’Orfeo), Zerlina (Don Giovanni), Eritea (Eliogabalo), Hanako (Hanjo), ainsi que Pamina (Die Zauberflöte), Calisto/Eternità (La Calisto), Ilia (Idomeneo) et Angelica (Orlando). Elle entretient une étroite collaboration avec le Theater an der Wien où elle chante notamment dans La Finta Giardiniera et dans Radamisto. Sa discographie, souvent récompensée par la presse musicale, comprend l’intégrale des mélodies de Mozart, des airs de Mozart avec Kazushi Ono et l’Orchestre symphonique de la Monnaie et Faramondo de Haendel. Elle enregistre également un récital de mélodies françaises avec le pianiste Cédric Tiberghien.
  • Biographie
En savoir plus
Christoph Prégardien
Allemagne
Considéré comme l’un des meilleurs ténors lyriques actuels, Christoph Prégardien a commencé sa carrière comme petit chanteur à la cathédrale de Limburg (en Alllemagne), sa ville natale. Il a ensuite étudié à Francfort, Milan et Stuttgart. Il se passionne particulièrement pour le lied allemand, qu’il interprète aux côtés de pianistes tels que Michael Gees et Andreas Staier. Souvent sollicité par les ensembles les plus prestigieux, il se produit également en récital : seul, avec son fils le ténor Julian Prégardien, avec la soprano Julia Kleiter ou encore avec l’ensemble canadien Pentaèdre. Sa discographie a souvent été acclamée par la presse spécialisée et récompensée par de nombreux prix internationaux parmi lesquels l’Orphée d’or de l’Académie du Disque Lyrique, le Preis der Deutschen Schallplattenkritik, l’Edison Award, le Diapason d’Or , le Prix « Record of the Year » et le Prix du récital du MIDEM.. Depuis 2012, Christoph Prégardien dirige les grands oratorios de Bach, en partenariat avec Le Concert Lorrain. Il consacre également une large partie de sa vie musicale à l’enseignement : il est professeur à la Hochschule für Musik und Tanz de Cologne depuis 2004 et donne des master classes régulières au Conservatoire d’Anvers, en collaboration avec deSingel.
  • Biographie
En savoir plus
José Van Dam
Belgique
Baryton-basse, né à Bruxelles, José Van Dam compte aujourd’hui parmi les tout grands interprètes du monde vocal. Depuis ses débuts à Paris, dans Les Troyens, il est l’invité régulier maisons d’opéra et des festivals les plus prestigieux (Paris, Covent Garden, La Scala, le Staatsoper de Vienne, le Deutsche Oper de Berlin, le Metropolitan Opera, le Teatro Colón, les festivals de Salzbourg, Aix-en-Provence, Orange, etc.). Il a interprété Falstaff, Simon Boccanegra, Philippe II (Don Carlos), Don Giovanni, Boris Godounov, Amfortas (Parsifal), Der Fliegende Holländer, Wozzeck et bien d’autres rôles encore. La création du rôle titre dans le Saint-François d’Assise d’Olivier Messiaen, a été applaudie chaleureusement tant à Paris qu’à Salzbourg, en 1983, puis en 1992. Ses rôles d’opéra n’empêchent pas José Van Dam de développer également une carrière dans les domaines de l’oratorio et du lied ; son répertoire y est tout aussi large. Il a chanté sous la baguette de Herbert von Karajan, Claudio Abbado, Riccardo Muti, Georg Solti, Seiji Ozawa, etc. Sa discographie est impressionnante et a été récompensée par de nombreux prix. Il s’est produit au cinéma, notamment dans le célèbre film Le Maître de Musique. José Van Dam a en outre reçu le titre de Kammersänger de la ville de Berlin et le grade de Chevalier dans l’ordre de la Légion d’honneur. En août 1998, José van Dam a été anobli par le Roi Albert II.
  • Biographie
En savoir plus
Revivez les prestations de Piano 2021
Suivez-nous sur Instagram
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER