Président du jury
Arie Van Lysebeth
Belgique, °1938
Arie Van Lysebeth était le Président du Jury du Concours Reine Elisabeth de 1996 à 2018. Il commence le violon à l’âge de quatre ans. Il s’est formé au Conservatoire de Bruxelles, où il a étudié l’écriture musicale, le basson, la musique de chambre et la direction d’orchestre. Après concours, il se voit octroyer le poste de basson soliste à l’Orchestre symphonique de la Radio-Télévision Belge. Deux ans plus tard, il devient premier lauréat ex-aequo du Concours International de Prague. Il se perfectionne ensuite en direction d’orchestre auprès de Bruno Maderna à Salzbourg et Pierre Boulez en Suisse. Depuis 1970, il dirige le Vlaams Kamerorkest, en Belgique et à l’étranger. En tant que chef invité, il s’est produit à la tête des grands orchestres belges, ainsi qu’aux États-Unis, en Argentine, à Taïwan, en Grande-Bretagne, en Italie et en Allemagne. Il a ainsi travaillé avec des solistes renommés tels qu’Igor Oistrakh, José Van Dam, Murray Perahia ou Augustin Dumay, parmi d’autres. De 1995 à 2004, il a également été le chef de l’Orchestre Symphonique du Conservatoire de Bruxelles. Pendant de longues années, il a été professeur de musique de chambre au Koninklijk Conservatorium de Bruxelles (1970-1994), dont il a assumé la direction de 1994 à 2003. De 2004 à 2014, Arie Van Lysebeth a par ailleurs été directeur artistique de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.
  • Biographie
En savoir plus
Rafaël D'Haene
Belgique
Rafaël D’Haene (°1943), compositeur et pédagogue belge, fait de 1962 à 1967 ses études complètes au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles: Classes d’Eduardo del Pueyo (piano), Victor Legley (harmonie), Jean Louël (contrepoint) et Marcel Quinet (fugue). En 1968, il étudie la composition avec Henri Dutilleux à l’ École Normale de Musique à Paris. Admis à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth pour un cycle d’études de trois ans (composition avec Victor Legley), D’Haene devient en 1971 ‘Gradué de la Chapelle Musicale pour la Composition’.

A partir de 1970 Rafaël D’Haene enseigne l’écriture musicale et la composition au ‘Koninklijk Conservatorium Brussel’. Il est depuis 1985 également professeur à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth.

Lauréat du concours Oscar Espla (Alicante, 1972) et du prix Lili Boulanger (Paris, 1977), D’Haene est membre de la “Koninklijke Vlaamse Academie van België voor Wetenschappen en Kunsten” (1993).

Ses oeuvres ont été commandées par le Festival de Flandres, l’Orchestre symphonique de la Radio, le Beethoven Academie et grand nombre d’ensembles de musique de chambre. Parmi ses oeuvres pour orchestre symphonique on peut citer ‘Lettres Persanes’ d’après Montesquieu, ‘Reminiscenza, ‘Sinfonia coreografica’, ‘Praeludia pour Ochestre’, ‘Concerto pour Violon’, Symphonie n°2 ‘L’Ombre du Passé’, une cantate ‘Klage der Ariadne’ (F. Nietzsche), deux cycles de lieder avec grand orchestre ‘Sonette an Orpheus’ (R. M. Rilke) et ‘Cinq lieder sur texte de Paul Van Ostayen’...

Il aborde aussi bien la musique de chambre que la musique vocale (deux trios à clavier ‘Cassazione’ et ‘Dithyrambes’, un ‘Trio à Cordes’, un ‘Quatuor à Cordes’, ‘Contrerimes’ pour sextuor à cordes et soprano sur des poèmes de P-J Toulet)... Son langage frappe par le lyrisme et le développement savamment élaboré. L’orchestration de D’Haene exploite de manière raffinée les contrastes entre registres, timbres et groupes de grandeur variable.
  • Biographie
En savoir plus
Luis de Pablo
Né en 1930 à Bilbao (Espagne), Luis de Pablo a commencé très jeune ses études musicales, puis a étudié le droit à l’Université Complutense de Madrid. Intéressé par les formes les plus modernes de l’art, Luis de Pablo, alors avocat, entreprend de compléter sa formation par l’étude personnelle et intense des principales partitions du 20e siècle, tout en s’exerçant, en autodidacte, à la composition. À la fin des années 1950, il abandonne le droit et commence à présenter ses œuvres. En 1958, il fonde avec Ramón Barcé le groupe Nueva Música, auquel participe également Cristóbal Halffter. Depuis ses premières œuvres, ébauchées en 1953, il s’est fait connaître dans le monde entier, tout en tenant un rôle de premier plan dans le développement de la musique contemporaine en Espagne. Professeur au Conservatoire national de Madrid, fondateur de plusieurs ensembles et associations musicales de son pays, il a aussi été professeur invité de grandes universités européennes et américaines. La plupart de ses œuvres, qui dépassent la centaine, ont été créées en dehors de son pays, en Europe, en Amérique, au Japon. Elles témoignent d’une connaissance universelle de tous les genres et de toutes les techniques musicales, anticipant toujours sur l’évolution contemporaine et intégrées dans un langage très personnel qui ne veut pas puiser dans l’héritage du passé.
  • Biographie
En savoir plus
Betsy Jolas
France, °1926
Betsy Jolas est née à Paris en 1926. Elle est la fille de la traductrice Maria Jolas et d'Eugène Jolas, poète et journaliste, fondateur et éditeur de la revue littéraire "transition" (où fut publié notamment, sous le titre "work in progress", Finnegans Wake de James Joyce). Elle s'établit en 1940 aux États-Unis où elle est l'élève de Paul Boepple (harmonie et contrepoint), Carl Weinrich (orgue) et Hélène Schnabel (piano) avant d'obtenir le diplôme de Bennington College.

Pendant cette période, elle participe activement, comme pianiste, choriste on organiste, aux concerts des Dessoff Choirs. Betsy Jolas revient à Paris en 1946 pour terminer ses études avec Darins Milhaud, Simone Plé-Caussade et Olivier Messiaen au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris.

Lauréate du Concours International de Direction d'orchestre de Besançon (1953), elle a reçu de nombreux prix dont celui de la Fondation Copley de Chicago (1954), de l'O.R.T.F. (1961), de I'American Academy of Arts (1973), de la Fondation Koussevitsky (1974), le Grand Prix National de la Musique (1974), le Grand Prix de la Ville de Paris (1981) et le grand Prix de la SACEM (1982). Betsy Jolas a été nommée en 1983 membre de l'Académie américaine, des Arts et Lettres.

En 1985, elle a été élevée au grade de Commandeur des Arts et des Lettres. En 1992, elle a reçu le Prix International Maurice Ravel et a été désignée "Personnalité de l'année" pour la France. En 1994, elle a reçu le Prix SACEM de la meilleure création de l'année pour son œuvre Frauenleben. Elle a été élue Membre de l'Académie Américaine des Arts et Sciences en 1995. En 1997, elle est nommée Chevalier de la Légion d'honneur. De 1971 à 1974, Betsy Jolas a remplacé Olivier Messiaen à sa classe du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où elle a été nommée professeur d'analyse en 1975 et professeur de composition en 1978.

Elle a enseigné également dans les universités américaines de Yale, Harvard, Berkeley, USC, San Diego, etc., ainsi qu'à Mills College (chaire Darius Milhaud). Ses œuvres, pour les formations les plus diverses, ont été créées notamment au Domaine Musical, aux Festivals de Tanglewood, de Hollande et de Royan et sont jouées aujourd'hui dans le monde entier par des artistes de premier plan tels que Elisabeth Chojnacka, Kent Nagano, William Christie, Claude Helffer, Kim Kashkashian... et par des groupes de réputation internationale tels que The Boston Symphony Chamber Players, la London Sinfonietta, la Lincoln Center Chamber Music Society, le Concord Quartet, les Percussions de Strasbourg, le Domaine Musical, l'Ensemble Intercontemporain, l'Orchestre Philharmonia, etc. Douze d'entre elles ont fait l'objet d'enregistrements discographiques chez EMI, Adès, Erato, Barclay, CRI, couronnés par plusieurs grands prix du disque.
  • Biographie
En savoir plus
Václav Kucera
République Tchèque - 2017
En savoir plus
Akira Miyoshi
- 2013
Akira Miyoshi (né en 1933 à Tokyo) a entamé ses études musicales - Piano, Solfège et Composition - à l’âge de 4 ans. Deux ans plus tard, il ajoute le violon à ces disciplines. En 1953, il reçoit le premier prix au Concours de Musique du Japon pour sa sonate pour clarinette, basson et piano et en 1954, sa Sinfonia concertante obtient le prix Otaka, tout comme son Concerto pour Piano, Concerto pour Violoncelle et Kyomon. De 1955 à 1958, grâce à une bourse du gouvernement français, il poursuit ses études de composition chez Raymond Gallois Montbrun à Paris. A son retour au Japon, il se consacre à l’étude de la littérature française à l’Université de Tokyo, dont il sort en 1960. Depuis 1963, il est chargé de cours à l’Université des Arts de Tokyo. Il est également nommé professeur à la Faculté de la Musique Toho en 1966 ; institution dont il sera recteur de 1974 à 1995. Durant toute cette période, Akira Miyoshi a encore reçu de nombreux prix dont le prix d’Italie pour Ondine. En 1999 il a reçu le prix Suntry pour son premier Opéra.
  • Biographie
En savoir plus
Frederik van Rossum
Belgique, °1939
Frederik van Rossum est né à Bruxelles. Depuis son Premier Grand Prix de Rome, en 1965, ses oeuvres lui ont valu de nombreux prix internationaux. Ainsi à Paris, en 1981, son Réquisitoire pour cuivres et percussions remporta le Premier Prix à la Tribune internationale des Compositeurs de l’UNESCO. Son premier concerto pour violon et orchestre fut l’imposé du Concours Reine Elisabeth, en 1980. Cette partition fit l’objet de cinq réalisations discographiques différentes. En 1988, le Concours Reine Elisabeth lui commande l’imposé pour la demi-finale de la session de chant (Aria a modo di vocalizzo). Brillant orchestrateur, van Rossum a écrit de nombreuses oeuvres orchestrales, avec ou sans solistes. Il s’est tourné également vers la musique de chambre, la musique de scène et l’opéra. Le catalogue de ses oeuvres pour piano est aussi très riche et varié. Il a dédié à cet instrument qui est le sien et où il excelle, des partitions dont certaines occupent dans l’ensemble de son oeuvre une place capitale. Frederik van Rossum est membre de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. Il a été désigné par le Festival de Flandre comme compositeur en résidence, de 1995 à 2000.
  • Biographie
En savoir plus
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Jurys des concours de piano
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER