Marie-Nicole Lemieux
contralto | Canada, °1975
 
CHANT 2000 : Premier Prix
En 2000, le contralto Marie-Nicole Lemieux devient la première canadienne à remporter le 1er Prix ainsi que le Prix Spécial du Lied au Concours Reine Elisabeth. Ce prix l’a fait connaître du milieu international et lui a permis de se produire tant en récital qu'en concert avec de grands orchestres. Mentionnons, entre autres, l'Orchestre national de France, l'Orchestre du Capitole de Toulouse, l'Orchestre symphonique de la Monnaie, l'Orchestre Philharmonique de Radio-France, The Academy of Ancient Music, l'Orchestre Philharmonique de Rotterdam, Les Musiciens du Louvre, le London Philharmonic Orchestra, le Deutsches Symphonie Orchester Berlin, l'Ensemble Matheus, Les Violons du Roy, l’Ensemble orchestral de Paris, l’Ensemble Modo Antiquo, l’Orchestre symphonique de Singapour, l'Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre symphonique de Montréal, l'Orchestre du Centre National des Arts du Canada, Tafelmusik Baroque Orchestra, l’Orchestre symphonique de Québec, l’Orchestre symphonique de Toronto et l’Orchestre symphonique d’Edmonton.

Elle a chanté sous la baguette de chefs réputés, tels que Richard Bradshaw, Alan Curtis, Franz-Paul Decker, Charles Dutoit, Paul Goodwin, Bernard Haitink, René Jacobs, Bernard Labadie, Andrea Marcon, Sir Neville Marriner, Kurt Masur, Marc Minkowski, Kent Nagano, John Nelson, Gianandrea Noseda, Peter Oundjian, Michel Plasson, Federico Maria Sardelli, Michael Schonwandt, Marc Soustrot, Jean-Christophe Spinosi, Yoav Talmi, Ilan Volkov et Pinchas Zukerman. En outre, Marie-Nicole Lemieux est fréquemment invitée par de nombreux festivals internationaux, tant en Europe qu’en Amérique du Nord.

Sur scène, elle interprète les œuvres de Berlioz (Ursule, dans Béatrice et Bénédict et Anna dans Les Troyens), de Debussy (Geneviève, dans Pelléas et Mélisande), de Gluck (Orfeo, dans Orfeo ed Euridice), de Händel (Bradamante, dans Alcina, Jules César et Cornelia, dans Julio Cesare, Unulfo et Eduige dans Rodelinda), de Honneger (Catherine, dans Jeanne d’Arc au bûcher), de Mozart (la Troisième Dame dans Die Zauberflöte), de Rossini (Isaura, dans Tancredi), de Verdi (Mrs. Quickly dans Falstaff), de Vivaldi (Elpina, dans La Fida Ninfa; Griselda, dans l’œuvre du même nom; Orlando, dans Orlando furioso) et de Wagner (Flosshilde dans Götterdämmerung), etc.

En 2005, Marie-Nicole Lemieux a fait ses débuts au Staatsoper Berlin, participant à Il Ritorno d'Ulisse in Patria, de Monteverdi et a incarné le rôle de Mitrena dans la création mondiale de l’opéra Motezuma, de Vivaldi, au centre culturel De Doelen, à Rotterdam. En 2006, elle a fait ses débuts comme soliste aux États-Unis : d’abord en récital au Kansas puis à titre de soliste invitée avec le Los Angeles Philharmonic Association. En 2007, elle interprète le rôle titre dans le chef-d’œuvre de Händel, Giulio Cesare, à l’Opéra de Nancy, en France.

Marie-Nicole Lemieux a passé la majeure partie de l’année 2008 en Europe, où elle s’est produite notamment au Staatsoper de Berlin (Geneviève, dans Pelléas et Mélisande) ; au Concertgebouw d’Amsterdam (Orlando Furioso avec le Venice Baroque Orchestra); au Théâtre des Champs Élysées où elle a reçu un accueil triomphal (Mrs. Quickly, dans Falstaff); au Festival d’Orange (Faust de Gounod); au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles de nouveau dans Pelléas et Mélisande; au Capitole de Toulouse dans le rôle de La Sphinge (Œdipe de George Enesco). De retour brièvement au Québec, elle a participé à un concert avec l’Orchestre Symphonique de Montréal et à un récital à la Société musicale André Turp.

En 2009, elle chante en Europe (à Vienne, à Munich, et au prestigieux festival de Glyndebourne en Angleterre puis a effectué un retour au Canada (Festival de Lanaudière, Opéra de Montréal, et divers concerts). Ses nombreux projets de 2010 l'ont conduit de nouveau en Europe et en Amérique du Nord, notamment pour Falstaff au Théâtre des Champs Élysées ; La Passion selon Saint-Mathieu au Concertgebouw, dirigée par Bernard Labadie; La Messe en si mineur de Bach à Washington avec le National Symphony Orchestra; Ariane et Barbe-Bleue de Dukasà Amsterdam; un concert avec Les Violons du Roy à Québec; entre autres….

Marie-Nicole Lemieux a enregistré sous différentes étiquettes. Peu après avoir obtenu ses palmes au Concours Reine Elisabeth, elle a participé à deux enregistrements sous Cyprès et à un enregistrement du Requiem de Mozart avec Les Violons du Roy sous étiquette Dorian Recordings (Prix Juno). Ont suivi trois enregistrements chez Analekta : Händel (Cantates italiennes); Scarlatti et Vivaldi (Salve Regina et Stabat Mater) et un troisième, consacré à plusieurs Lieder de Brahms. En 2004, elle a enregistré le rôle-titre d’Orlando, dans l’opéra baroque Orlando furioso de Vivaldi avec l’Ensemble Matheus, sous la direction de Jean-Christophe Spinosi pour la maison Naïve. Ce coffret a remporté le Prix du meilleur enregistrement de l’année aux Victoires de la Musique classique en 2005, en France. La même année, Marie-Nicole Lemieux a enregistré le rôle de Unulfo dans Rodelinda de Händel, avec l’ensemble Il Complesso Barocco, sous la direction de Alan Curtis, pour Deutsche Grammophon.

En 2006, elle participe à l’enregistrement d’un recueil d’œuvres sacrées intitulé Beata Vergine avec le contre-ténor Philippe Jaroussky et son Ensemble Artaserse sous étiquette Virgin Classics. Au cours de la même année, elle a enregistré une sélection de mélodies françaises, L’Heure exquise, sous étiquette Naïve, maison avec laquelle Marie-Nicole Lemieux est maintenant liée par un contrat d’exclusivité. Cet enregistrement a été loué autant par la critique que par le public. Toujours en 2006, est paru chez Naïve un coffret consacré à l’opéra Griselda, de Vivaldi, dans lequel elle chante le rôle-titre.

Pour le même label était lancé en janvier 2008 un disque d’œuvres sacrées de Vivaldi, intitulé Nisi Dominus, dans lequel elle interprète le célèbre Stabat Mater du Prêtre roux, suivi tout récemment par l’opéra La Finda Ninfa, du même compositeur. En 2009 sont sortis un enregistrement de Lieder de Schumann (Daniel Blumenthal au piano) et une compilation d’airs de Vivaldi avec l’Ensemble Matheus (Jean-Christophe Spinozi). En 2010, son disque Ne me refuse pas a reçu des critiques dithyrambiques et a mérité le Grand Prix international du Disque et du DVD de l’Académie Charles Cros, dans la catégorie Soliste lyrique. Son dernier disque, enregistré en duo avec Karina Gauvin, Streams of Pleasure, est sorti en France en 2011.
Audio
Programme
Finale (27/05/2000)
Wolfgang Amadeus Mozart Ombra felice ! - Io ti lascio, e questo addio KV 255
Gustav Mahler Liebst du um Schönheit (si bémol majeur) (7 Lieder aus letzter Zeit)
Gustav Mahler Ich bin der Welt abhanden gekommen (ré bémol majeur) (7 Lieder aus letzter Zeit)
Pyotr Tchaikovsky Da, vspomnila ... Podrougui milye (Pikovaya dama (The Dame of Spades))
Hector Berlioz Au cimetière (ré majeur) (Les nuits d'été op. 7)
Hector Berlioz L'île inconnue (ré majeur) (Les nuits d'été op. 7)
Marie-Nicole Lemieux, chant
Orchestre Symphonique de la Monnaie, dir. Marc Soustrot
Piano 2020 reporté en 2021
Déroulement d'un concours
S.M. la Reine Mathilde
Ce site utilise des cookies afin de vous fournir la meilleure expérience possible.
En cliquant sur « ACCEPTER » ou en poursuivant votre navigation sur le site, vous acceptez l’utilisation de cookies sur votre navigateur web. Pour plus d’informations sur notre politique de cookies et les différents types de cookies utilisés, cliquez sur En savoir plus
ACCEPTER